Chantier D2PE: résumé de rapport d’activité global

Le chantier D2PE a pour objet d’analyser les changements d’occupation du sol intervenus pendant les dernières décennies en Franche-Comté, résultant de l’étalement urbain, la densification des réseaux de transport et des mutations agricoles. L’impact de ces changements sur le paysage est examiné dans deux dimensions différentes : une dimension visible et esthétique, en rapport avec la qualité visuelle du cadre de vie résidentiel, et une dimension écologique, en lien avec la fonctionnalité des habitats de la faune sauvage. Par cette étude, le chantier a une ambition méthodologique puisqu’il s’agit de mettre en place et valider une approche de modélisation spatiale. Cette étude s’applique à zone de 700 km2 environ, encadrant l’agglomération de Besançon et soumise à d’importantes modifications de l’occupation du sol.

Résumé du bilan :

La première étape du chantier a consisté à cartographier l’occupation du sol actuelle (date 2010) et avec un grand niveau de précision (12 catégories, résolution spatiale de 5 m de côté), sous la forme d’un « modèle d’occupation du sol » (MOS). Cette étape a été l’occasion d’automatiser l’assemblage des deux principales bases de données utilisées en entrée par un code informatique réutilisable dans toute autre région française. Un travail complémentaire de photo-interprétation a été mené pour compléter la cartographie. L’analyse rétrospective s’est ensuite focalisée sur la zone d’étude de l’agglomération de Besançon, prenant comme dates de référence 1956 et 1984.

Concernant le « paysage visible », ce volet a débuté par le développement de Pixscape, un outil de modélisation de la visibilité visant à améliorer les possibilités des logiciels utilisés par l’équipe dans ce domaine. Cet outil permet de caractériser le paysage potentiellement visible depuis chaque point par un grand nombre de métriques. La pertinence de ces métriques a tout d’abord été évaluée en étudiant leur relation avec un indicateur de satisfaction résidentielle (provenant d’une recherche antérieure). Ensuite, le niveau esthétique d’un échantillon de scènes paysagères a été quantifié par le biais d’une enquête basée sur un photo-questionnaire et impliquant 1400 participants. La relation entre cet indicateur esthétique et les métriques a pu être établie clairement, montrant que malgré les différences de jugement entre personnes, l’évaluation de la qualité du paysage visible depuis chaque lieu est possible à partir de données décrivant le paysage sous forme numérique.

Le « potentiel écologique » s’est appuyé sur la notion de réseau écologique, qui désigne les infrastructures d’habitat et de déplacement disponibles pour les espèces animales. L’équipe a modélisé ces réseaux grâce à des méthodes fondées sur la théorie des graphes. Ces méthodes ont été implémentées de façon intégrée dans le logiciel Graphab. Le graphe paysager est une représentation simplifiée du réseau écologique d’une espèce donnée permettant de quantifier la connectivité à plusieurs niveaux d’échelle. Cette démarche s’est appliquée à 16 profils d’espèces animales. Chaque profil regroupe des espèces partageant le même habitat et ayant les mêmes capacités de déplacement.

Enfin, les chercheurs ont procédé à une exploitation thématique des éléments mis en place pour caractériser les changements opérés dans les paysages. En surface, les espaces agricoles sont le lieu des plus importantes modifications d’occupation du sol, les cultures étant largement converties en prairies à proximité de la ville de Besançon. Généralement, la qualité du paysage et le potentiel écologique ont évolué positivement suite à de tels changements. A l’inverse, l’accroissement de Besançon a eu un impact négatif pour les deux dimensions du paysage mais les liens entre ces divers changements s’avèrent complexes et nécessitent des analyses approfondies.