Chantier IET: résumé de rapport d’activité global

Le chantier IET se décline en deux sous-actions : centrée sur les PME de l’automobile et des microtechniques, la première a pour objectif de dégager les caractéristiques du système des entreprises dans ces deux filières prioritaires de l’industrie régionale ; la seconde qui a une forte dimension comparative, vise à faire ressortir les particularités et les points communs de la dynamique de l’emploi et du travail au sein de six régions françaises où l’automobile a une place importante (Franche-Comté, Lorraine, Basse-Normandie, Nord-Pas-de-Calais, Alsace, Haute-Normandie).

Sous-action 1 : Le système des entreprises dans les filières industrielles prioritaires de la Région Franche-Comté

Menée par questionnaires et entretiens auprès de dirigeants de PME régionales et appuyée sur les résultats de précédentes enquêtes réalisées par la MSHE pour la compte du SGAR et de la Région, l’enquête sur les entreprises des deux grandes filières industrielles de la région, l’automobile et les microtechniques, a permis de dégager les principales caractéristiques des entreprises régionales et de retracer leur évolution récente. Les principaux résultats concernent la structure des entreprises (majoritairement des entreprises jeunes, de petite taille, sous contrôle familial, et manquant souvent de ressources pour investir et innover), le profil des dirigeants (des patrons majoritairement issus de formations techniques, voire autodidactes), le type de management (une organisation peu formalisée avec un dirigeant omniprésent et qui délègue peu), la situation bilancielle (très contrastée), le personnel (les entreprises innovantes souffrent de difficultés à recruter du personnel qualifié en raison de la faible attractivité de la région), la spécialisation (en haute-technologie, elles ont un débouché international, quand en technologie simple le marché est principalement régional), les produits (le décalage est grand entre la qualité perçue/proclamée et des prix insuffisamment rémunérateurs), les marchés (les entreprises sont fortement dépendantes de grands donneurs d’ordres, locaux pour l’automobile et extrarégionaux pour les microtechniques, mais une sur quatre a une politique active d’exportation), l’innovation (essentiellement incrémentale, sauf pour un tout petit nombre de start up), et les formes de coopération (les entreprises sont très insérées dans les pôles de compétitivité mais souffrent d’une coopération insuffisante avec les laboratoires universitaires comme entre elles).

Sous-action 2 « Dynamiques territoriales de l’emploi et du travail dans les régions automobiles »

L’objectif de cette sous-action est de comprendre les spécificités et les points communs de la dynamique de l’emploi et du travail dans les régions automobiles françaises, celles dont le poids relatif de la valeur ajoutée de l’industrie automobile dans la valeur ajoutée de l’industrie manufacturière en valeur est supérieur à la moyenne nationale (Franche-Comté, Lorraine, Basse-Normandie, Nord-Pas-de-Calais, Alsace, Haute-Normandie), l’Ile de France étant écartée du fait de la spécificité des dynamiques que ce territoire abrite. L’hypothèse à tester est la suivante : la dynamique territoriale du travail et de l’emploi est le résultat de l’emboîtement des stratégies d’acteurs, intervenant directement ou indirectement sur le travail et l’emploi, à des échelles territoriales variées. La méthodologie adoptée pour ce faire consiste à réaliser des entretiens semi-directifs avec des acteurs-clés agissant sur l’emploi et le travail « automobile » dans les régions cibles. Ces acteurs-clés sont soit des entreprises ou leurs représentants, soit des salariés ou leurs représentants, soit des acteurs publics locaux (collectivités territoriales, services déconcentrés de l’Etat…). 65 personnes ont été interrogées entre 2011 et 2015. Trois catégories de résultats sont proposés : l’analyse des interactions entre les acteurs et l’établissement de représentations synthétiques des leviers de l’emploi « automobile » dans ces 6 régions ; l’analyse des similitudes et des différences entre territoires ; enfin des préconisations pour l’action. Les principales observations issues de l’analyse sont les suivantes : l’influence prégnante des stratégies des groupes industriels, définies à d’autres échelles que le territoire ; la focalisation fréquente sur le développement économique avec l’hypothèse implicite (et discutable) que le développement économique crée de l’emploi ; l’empilement de dispositifs publics d’accompagnement, dont la cohérence d’ensemble peut être questionnée et à une échelle territoriale qui correspond assez peu aux réalités des territoires économiques ; des mesures pour l’emploi souvent plus curatives que préventives et qui se focalisent sur le volume d’emploi et omettent sa qualité. Finalement, l’étude montre que l’emploi au niveau territorial est bien le résultat de stratégies d’acteurs qui dépassent le territoire, dans un jeu local/national/global complexe.