Archives de catégorie : Chantier 6. CHEF

La Chapelle Saint-Gengoul: fouilles et restaurations

La chapelle Saint-Gengoul, mentionnée dès 1049, est le seul édifice médiéval attesté en forêt de Chailluz. Bien que située sur le territoire de Besançon, elle dessert la paroisse de Tallenay jusqu’au XVIIe siècle. Ce site archéologique et historique ainsi que son environnement immédiat sont étudiés depuis plusieurs années dans l’action CHEF du programme ODIT, dans le cadre de recherches interdisciplinaires menées à partir de collaborations entre la MSHE C.N. Ledoux, le laboratoire Chrono-Environnement, la Ville de Besançon, la Région et le SRA de Franche-Comté, l’O.N.F. et l’association ARESAC : prospections archéologiques au sol et géophysiques, relevés floristiques, analyses physico-chimiques du sol, étude anthracologique de charbonnières, recherches historiques. Pour compléter les connaissances sur cette chapelle, des fouilles archéologiques ont été réalisées au printemps 2015 dans le cadre du programme ODIT et avec le soutien du service municipal d’Archéologie Préventive (SMAP, Besançon).

La valorisation du site et la consolidation des vestiges mis à jour ont été assurées par des travaux menés durant l’été (entreprise API25), dans le cadre d’un chantier d’insertion financé par la Ville de Besançon et supervisé par le Service des Espaces Verts.

Mise en valeur chapelle St Gengoul 06.8.15 (6)red
Le chemin des crêtes de la forêt de Chailluz menant à la chapelle Saint-Gengoul, lors des travaux de mise en valeur en août 2015. Cliché D.Daval – ODIT-CHEF 2015

Les recherches historiques et archéologiques (fouille, prospections) indiquent que ce site a certainement été occupé pendant plus de six siècles. L’analyse des données LiDAR a révélé des aménagements sur environ un hectare autour de la chapelle formant un arc de cercle adossé à la crête et composé d’une succession de terrasses à l’intérieur desquelles des cloisonnements sont matérialisés par des talus en pierres sèches ou des épaulements, suivant la configuration du relief naturel.

stgengoul_mnt-01
Emplacement schématisé des terrasses et de la chapelle Saint-Gengoul en forêt de Chailluz sur un relevé LiDAR. C. Fruchart – ODIT-CHEF 2015

Les fouilles menées en avril 2015 ont notamment permis de découvrir la dernière entrée de la chapelle sur son côté nord, implantée face au village de Tallenay. Cette entrée, qui était inconnue jusqu’à présent, figure bien sur un plan du début du XVIIIe siècle conservé aux Archives municipales de Besançon et représentant une vue (non géométrique) en élévation du paysage  et de l’occupation du sol au nord du massif de Chailluz.

Vue depuis le nord de l'entrée de la chapelle Saint-Gengoul
Vue depuis le nord de l’entrée de la chapelle Saint-Gengoul, 2015. Cliché: D. Daval – ODIT-CHEF 2015

Un texte indique la destruction partielle de la chapelle en 1722. Les murs ont été conservés en élévation sur plusieurs assises de pierres.

BSN_CHA_Entrée_0002
Vue des assises de pierres conservées et dégagées lors des fouilles en avril 2015. Cliché D. Daval – ODIT-CHEF 2015

Des travaux  de stabilisation des assises de murs ont été réalisés en août. Les deux premiers rangs de moellons du sommet des murs ont été retirés puis remontés avec un mortier de ciment-chaux. Les sommets des murs ont enfin été bétonnés afin de les rendre étanches. Cette restauration  assure la préservation et la mise en valeur de ce site, localisé sur le sentier des crêtes de la forêt de Chailluz et unique vestige construit de l’occupation médiévale de cet espace forestier.

Mise en valeur chapelle St Gengoul 06.8.15 (16)red
Renfort des assises supérieures des murs. Chapelle Saint-Gengoul, août 2015. Cliché: D. Daval – ODIT-CHEF 2015

Anthraco2015, du 30 août au 6 septembre, Fribourg

La 6ème rencontre internationale sur l’Anthracologie (anthraco2015), organisée par l’Université de Fribourg, sur le thème « Local to global significance of charcoal science« , s’est tenue à Fribourg du 30 août au 6 septembre 2015.

A cette occasion, Aurore Dupin (doctorante de la MSHE C.N. Ledoux en accueil au laboratoire de Chrono-Environnement) a présenté Anthracology of charcoal kilns in the forest of Chailluz (France) as a tool to understand Franche-Comté forestry from the 15th to the early 20th centuries.

Continuer la lecture de Anthraco2015, du 30 août au 6 septembre, Fribourg

Quand un paysage en cache d’autres… Formations de haut niveau « Paysage » de l’OSUR, Rennes 22 septembre 2015

Dans le cadre des formations de haut niveau « Paysage » destinées aux doctorants et organisées par l’Observatoire des Sciences de l’Univers de Rennes (OSUR), Laure Nuninger a été invitée à présenter la démarche et les résultats obtenus dans le chantier CHEF, le 22 septembre 2015,  avec une intervention intitulée

« Quand un paysage en cache d’autres…détecter et analyser les transformations de l’occupation du sol sur plusieurs millénaires »

Résumé de l’intervention :

En cet été caniculaire, alors que nos journaux titrent sur les hectares de forêt détruits par le feu du fait du changement climatique, relire César soulève un vent de nostalgie et fraîcheur quand il décrit la maison d’Ambriorix « entourée de bois selon l’usage général des Gaulois, qui, pour éviter la chaleur, recherchent le plus souvent le voisinage des forêts et des rivières » (César, Guerre des Gaules VI, 30). Mais que reste-t-il des forêts antiques ?

Posée ainsi la question implique une vision historique linéaire avec un environnement actuel forcément dégradé. En outre, elle véhicule l’idée d’un paradis vert perdu, tel que l’espace forestier est perçu aujourd’hui par une grande partie de la population : un espace libre et naturel où le bois est la principale ressource à gérer pour sauvegarder l’écosystème. Historiens, paléoenvironnementalistes et archéologues ont pourtant montré depuis plusieurs décennies que l’espace forestier était très dynamique, tout comme la perception que s’en font les sociétés anciennes et modernes.
Depuis quelques années, l’utilisation de la technologie lidar, qui a permis de renouveler considérablement nos connaissances sur l’espace forestier actuel, vient confirmer une dynamique d’occupation du sol, sur la longue durée, plus complexe encore. La microtopographie, issue de relevés altimétriques précis à la dizaine de centimètres près, révèle sous les forêts un véritable palimpseste, formé par les structures paysagères qui se sont succédées ou complétées au cours du temps. Agriculture, arboriculture et viticulture, élevage, bûcheronnage, production de chaux ou de charbon, extraction de pierre, autant d’activités dont nos forêts sont l’actuel conservatoire, témoignent de pratiques, qui ont pu rendre ou rendent encore ces espaces conflictuels.

Les pratiques anciennes nous renvoient à une perception de ces portions de territoire, qui sont loin d’être aussi marginales qu’on pourrait le concevoir. Elles ont durablement marqué la topographie mais aussi les sols et la végétation que nous pouvons contempler. Mieux les connaître est, pour notre société, une source d’inspiration afin de revaloriser un patrimoine et des ressources oubliées ou sous-estimées. C’est également la possibilité de percevoir autrement la « nature » et la manière d’envisager l’entretien de nos paysages.
A l’aide d’exemples, cette présentation vise à présenter la technologie lidar et son apport, intégré à d’autres approches disciplinaires, pour l’étude des paysages sous couvert forestier et plus largement sur l’occupation du territoire par les sociétés passées.

Pour en savoir plus et télécharger la présentation : https://osur.univ-rennes1.fr