Présentation

Dynamique des paysages et potentiel écologique de la région Franche-Comté

Responsable : Jean-Christophe FOLTETE

Présentation des premiers résultats du chantier D2PE, le 6 juin 2014 .

d2pe1
Carte d’état-major© 1866, IGN

Du point de vue paysager et environnemental, la région de Franche-Comté présente des spécificités qui en font un terrain particulièrement intéressant pour l’analyse des dynamiques paysagères. En effet, cette région est constituée d’une mosaïque variant des plaines céréalières aux prairies et forêts de moyenne montagne des Vosges et du Jura ; par ailleurs, elle possède un réseau hiérarchisé de villes de taille moyenne, mais ne comporte pas de très grande agglomération urbaine. Elle a pu préserver un important capital naturel, atout du cadre de vie, et présente une biodiversité encore importante. Cependant, la croissance récente des périphéries urbaines, la mise en place de grandes infrastructures de transport (LGV Rhin-Rhône), les réorientations agricoles et le regain d’intérêt pour les espaces forestiers et semi-naturels montrent la nécessité de gérer et de préserver ce capital, d’autant que le déclin de certaines populations animales a déjà affecté des régions proches.
d2pe2Actuellement, les recherches focalisées sur les dynamiques paysagères sont surtout effectuées sous des angles sectoriels, qui privilégient :

  •  soit les attentes de la population, en identifiant par exemple les préférences paysagères des habitants, pour que l’aménagement du territoire favorise les aménités spatiales ;
  • soit le respect des ressources et milieux naturels, en cherchant par exemple à minimiser les impacts des activités humaines sur la biodiversité.

Il apparaît cependant qu’un développement territorial cohérent doive concilier ces deux directions, apparemment contradictoires. À travers la notion de « service écosystémique », les ressources naturelles doivent être gérées de manière à ce que les habitants, leurs activités, les milieux et leurs espèces cohabitent de façon harmonieuse sur un même territoire.
d2pe3Ce projet vise à étudier l’évolution des paysages de Franche-Comté, en reliant d’une part les représentations anthropiques, liées à la visibilité et à la perception du paysage, et d’autre part le fonctionnement des écosystèmes. Le point de départ de ces recherches passe par la caractérisation de l’occupation du sol, à partir des ressources de l’information géographique. L’appariement et la comparaison de ces sources d’information permet de rendre compte de l’évolution des structures paysagères, ainsi que des dynamiques territoriales sous-jacentes, pour analyser ces évolutions dans plusieurs perspectives. Il s’agira ensuite de répondre à une partie des questions suivantes :

  •  quelle est l’incidence des changements d’occupation du sol sur le paysage visible et indirectement sur la qualité du cadre de vie des habitants ? Peut-on relier les évolutions paysagères et les préférences des individus ?
  •  comment ces changements modifient-ils les habitats naturels et la viabilité de certaines populations animales qui en dépendent ? Les modifications d’occupation du sol de faible largeur (infrastructures de transport) affectent-elles la fonctionnalité de certains réseaux écologiques, et donc indirectement la biodiversité ?

Le projet vise ensuite à intégrer ces différentes questions, pour contribuer aux réflexions actuelles en aménagement du territoire : approche multi-échelles et aménagement multifonctionnel, cohérence territoriale, Grenelle de l’environnement. Il doit également contribuer à répondre aux questions posées par la circulaire Barnier (2008) sur « l’évolution des enjeux d’aménagement et de gestion durable des territoires », et aux questions posées par les inventaires de l’artificialisation réalisés dans le cadre des documents d’urbanisme (PLU, SCOT) : la comptabilité des superficies artificialisées fournit des données de superficie, par lesquelles on ne peut résumer les modifications structurelles (visuelles ou écologiques) des paysages.
d2pe4Ce projet s’appuie sur un réseau de chercheurs fortement impliqués dans les relations homme environnement (pôle 2 de la MSHE Ledoux). Les résultats attendus sont :

  •  la mise en place d’un cadre méthodologique pour l’analyse intégrée de l’évolution de la qualité paysagère, combinant cadre de vie et biodiversité, débouchant sur un système d’aide à la décision pour la gestion paysagère.
  • un diagnostic global du compromis aménités / biodiversité combinant plusieurs milieux (forestier, prairial, zones humides essentiellement) à l’échelle de la Franche-Comté.

Observatoire des dynamiques industrielles et territoriales