SOLiDAR : Diachronie de l’occupation du sol : télédétection LiDAR en forêt de Chambord, Boulogne, Russy, Blois

Les forêts domaniales de Chambord, Boulogne, Russy et Blois forment un massif de près de 25 000 ha au sein duquel le domaine de Chambord a été créé entre 1522 et 1650. Des prospections archéologiques de surface, menées par Louis Magiorani en lien avec le SRA région Centre pendant 10 ans, ont livré des traces d’occupation depuis le néolithique (voir son site). Il a ainsi été recensé plus de 700 sites archéologiques et environ 300 km de parcellaire. Le  programme SOLiDAR engagé en 2014, porte sur l’étude de la dynamique de l’occupation humaine de ce territoire des origines à nos jours, à partir d’une campagne de télédétection LiDAR (Light Detection And Ranging) de 270 km2 (fig. 1).

emprise_lidar_chambord
Fig. 1. Emprise du relevé LiDAR mené sur les forêt de Chambord, Boulogne, Russy et Blois en 2015

Le projet SOLiDAR, inscrit dans la dynamique Intelligence des patrimoines de l’Université François-Rabelais de Tours, est piloté par  l’UMR 7324 CITERES-LAT, financé par la région Centre, le Domaine national de Chambord et la DRAC Centre et regroupe des chercheurs de l’UMR 7324 CITERES-LAT, du GéHCO (EA 6293), de l’USR 3124 MSHE C.-N. Ledoux, de l’IRSTEA,  du Domaine national de Chambord, de la DRAC Centre et de l’ONF.

Les principaux objectifs du projet SOLiDAR sont les suivants :

– Elaborer les protocoles de traitements et d’analyses des données afin de révéler les anomalies micro topographiques permettant de détecter des paléoreliefs naturels et anthropiques constitutifs de l’histoire des paysages : paléochenaux, anciens aménagements, traces d’anciennes occupation du sol sous couvert forestier.

– Constituer une base de données spatiale dans un système d’information géographique en croisant l’ensemble des sources à disposition avec les données LiDAR.

– Conduire des analyses fines pour comprendre les modalités de transformation des paysages par l’étude de la géomorphologie, des occupations et des relations sociétés-milieux.

– Définir un prototype de médiation des résultats pour le public.

Les sites, d’ores et déjà reconnus par la prospection pédestre, représentent une grande diversité d’occupations et d’activités : des structures défensives (mottes castrales, enceintes, camps militaires ?), des édifices cultuels (fanums, prieurés, chapelles), des attestations funéraires (qui semblent très nombreuses : nécropoles tumulaires, tumulus isolés et petites tombelles ?), des habitats groupés ou isolés (hameaux, anciennes métairies, loges de charbonniers ou de bûcherons, etc.), des installations artisanales (sites d’extraction et ateliers métallurgiques, moulins, tuileries, briqueteries, etc.), des équipements hydrauliques (digues et étangs, puits, etc.), des voies de communication et des moyens de franchissements (ponts), des trames parcellaire (fossés, talus), des vestiges de pratiques agricoles (planches de labour, image à la une), auxquels s’ajoutent de nombreuses anomalies d’origine anthropique (amas de pierres de type cairn).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Observatoire des dynamiques industrielles et territoriales