La forêt de Chailluz comme atelier pilote

La forêt de Chailluz (16,7 km2), qui occupe près des trois-quarts de la surface forestière de Besançon et un quart du territoire communal, est très ancienne : son existence est attestée depuis plus de six siècles, et elle appartient déjà à Besançon au 14ème siècle. Néanmoins, jusqu’en 2009, la connaissance du patrimoine de ce massif forestier se réduisait à quelques sites archéologiques dont la chapelle isolée de Saint-Gengoul.

La forêt de Chailluz (vue aérienne) superposée au relevé LiDAR LIEPPEC - C. Fruchart - ODIT- MSHE Ledoux
La forêt de Chailluz (vue aérienne) superposée au relevé LiDAR LIEPPEC – C. Fruchart – ODIT- MSHE Ledoux

L’acquisition de données Lidar dans le cadre du programme Lieppec soutenu par la Région Franche-Comté et les travaux menés dans la thèse de Catherine Fruchart grâce au soutien de la Ville de Besançon ont permis d’explorer la richesse de Chailluz et d’en faire une zone atelier pilote dans le cadre du chantier CHEF. Grâce au soutien de l’Europe (Feder) et de la région Franche-Comté, ce chantier a permis d’initier une nouvelle thèse (Aurore Dupin) et une  solide dynamique de recherche interdisciplinaire qui associe :

  • des chercheurs archéologues, historiens, paléobotanistes et pédologues  (MSHE C.N. Ledoux, Chrono-Environnement)
  • des professionnels de la gestion forestière, environnementale et patrimoniale (ONF, Espaces Verts et Service d’Archéologie Préventive de la Ville de Besançon, Service Regional d’Archéologie / Ministère de la Culture).
  • des bénévoles (associations Aresac et Avalfort

Ces recherches intègrent plusieurs approches à la fois spatiales et temporelles visant à acquérir de nouvelles connaissances  pour une meilleure compréhension des interactions entre l’homme et son environnement dans la longue durée et  en particulier  son rapport aux espaces forestiers (gestion, ressources…)

Sur cette zone atelier sont menées :

  • des analyses à partir de relevé LiDAR aéroporté acquis en 2009 (programme LIEPPEC financé par la Région Franche-Comté) , qui a permis de détecter des milliers d’entités archéologiques ; des fours à chaux et des charbonnières, d’anciens chemins ou encore des parcellaires (Thèse de C. Fruchart).
  • des prospections pédestres en partenariat avec la DRAC-SRA de Franche-Comté et les associations ARESAC et Avalfort
  • des prospections magnétiques et des prélèvements de charbon par les chercheurs du laboratoire Chrono-Environnement (UMR 6249)  pour la documentation du proche sous-sol, des collectes d’échantillon pour datation radiocarbones et des analyses physico-chimique (Thèse de C. Laplaige et de A. Dupin).
  •  des relevés floristiques sont effectués annuellement et viennent compléter le corpus documentaire acquis sur le terrain
  • des prélèvements de sols ont également été effectués (Master C. Bas)
  • une collecte d’archives textuelles et planimétriques et un bilan des travaux universitaires existants sur le massif de Chailluz et le territoire bisontin permettent de spatialiser, de guider et d’interpréter les observations de terrain (Thèse de C. Fruchart).

 

En savoir plus :

Présentation du chantier CHEF

Présentation au CRAIG

– Géolocalisation des sources anciennes

– Histoire des paysages forestiers Comtois et Jurassiens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Observatoire des dynamiques industrielles et territoriales